/ / La maison G. Lancelot : l’art du sur-mesure
Partager

La maison G. Lancelot : l’art du sur-mesure

Les produits G. Lancelot sont dessinés, conçus et façonnés à la main dans l’idée que les objets de luxe doivent traverser le temps.
Pour G. Lancelot, le luxe ne saurait être une industrie. C’est avant tout une aventure d’hommes, un autre rapport au temps. Le temps de concevoir le produit, ensemble. Le temps de transformer un croquis en un concentré de savoir-faire et de matières nobles. C’est voir ce produit s’embellir du temps qui passe.
Nous sommes allés à la rencontre de ce génie de la Haute Couture en maroquinerie.

Bonjour Guillaume, en guise d’introduction, peux-tu nous parler un peu de ton parcours et de la naissance de la maison G. Lancelot?

Cela a commencé il y a quelques années lorsque j’ai pris l’habitude d’aller à la rencontre d’artisans, de bottiers, de tailleurs… J’ai découvert ces métiers qui m’ont beaucoup plu. Par la suite je suis allé découvrir d’autres artisans dans divers domaines. J’étais à la fois curieux et ravi de découvrir l’artisanat d’art et du luxe, et de discuter et échanger avec eux sur leur passion et leur travail.
A l’époque, je travaillais au service achat d’une grande maison de luxe française. Cela m’a donné l’occasion de voir que les grandes maisons de luxe avaient délaissé le domaine de « l’hyper luxe » c’est à dire de la grande-mesure où il n’y a pas de limite de fabrication.
Très peu de maisons proposent aujourd’hui ce service, et des techniques comme le point sellier sont devenues très rares.
Fort de ce constat, et des échanges avec ces artisans aux mains d’or je me suis dit qu’il y avait là une opportunité de faire des choses magnifiques.

Une autre découverte qui a contribué à la naissance de la maison a eu lieu lors de ma rencontre avec différents tailleurs : Ces derniers m’ont expliqué le cœur de leur métier d’antan : aller à la rencontre du client. Cette idée m’a beaucoup plu, et je me suis dit que dans le luxe de nos jours il y avait une perte de cette expérience du client.
Finalement que ce soit chez des grandes maisons de luxe ou des boutiques plus abordables, le client est servi de la même façon et il n’y a pas de lien avec le client. Il est dépendant des modèles préexistants, doit se mettre en concurrence avec d’autres clients pour être servi par des vendeurs ayant reçu des consignes pour atteindre des objectifs de vente.
Cela m’attriste de voir qu’au final l’industrie du luxe n’offre plus une belle expérience pour sa clientèle. C’est devenu standardisé, aseptisé.
Je voulais offrir une expérience plus aboutie à mes clients. C’est pourquoi je me déplace systématiquement chez eux avec des échantillons de cuir et mon papier pour dessiner. Ils restent dans leur environnement, dans leur cocon et se sentent en sécurité.
M’imprégner de leur univers me permet aussi de mieux créer. Etre dans leurs éléments me permet de cibler leurs personnalités. Il n’y a que le client et moi sans limite de temps pour définir ensemble son désir; sans personne d’autre pour distraire notre attention.

Actuellement certaines grandes maisons font du sur-mesure sous le nom de commande spéciale mais il y a beaucoup de communication derrière. C’est une infime partie de leur activité, réservée bien souvent à des stars ou des personnalités publiques.
Cette approche presque « Marketing » n’est pas la mienne. Je veux avant tout offrir une expérience unique au client, associée à une excellente qualité de fabrication.
Aujourd’hui je travaille uniquement avec deux artisans d’art. C’est un choix de ne pas travailler avec des ateliers de grande taille, car leur organisation est souvent trop « productiviste » pour pouvoir contrôler la qualité du produit.

La maison Guillaume Lancelot a pour mission de rendre le luxe plus humain ?

C’est exactement ça, c’est joliment dit. Le rapport au temps est « hors du temps ».
Plus je vais passer du temps avec mon client pour définir ses besoins et ses désirs, plus l’artisan va prendre aussi de son temps et de l’attention sur la fabrication du produit, et plus ce produit va durer dans le temps.
En réalité le vrai luxe c’est de prendre son temps, à l’inverse d’un produit réalisé en quelques minutes par une machine : il n’est pas étonnant que ceux-là ne tiennent pas dans le temps.
J’aime cette idée de redéfinir notre conception du temps.

Maison G. Lancelot - conçus et façonnés à la main

Au delà des désirs de tes clients que tu veux exprimer, d’où te vient ton inspiration quand tu dessines ?

J’ai une inspiration très forte qui me vient de l’équitation que j’ai pratiquée dès mon plus jeune âge. C’est d’ailleurs ce qui m’a amené à la maroquinerie en me faisant découvrir le cuir. J’aime les couleurs chaudes que l’on y trouve, les fauves, les cognacs, les marrons…
J’aime cette notion d’esthétique, mais aussi de fonctionnel, de pratique et de résistant. Je regarde aussi beaucoup ce qui se fait chez les tailleurs : les étoffes, les contrastes de couleurs et matières. Ces images restent dans un coin de ma tête et m’aident ensuite à construire mes produits.
Cependant, la matière première de mes inspirations reste avant tout les rêves et désirs de mes clients. Les discussions qu’on a ensemble m’aident à les comprendre et à les interpréter.

Les beaux jours arrivent, c’est l’heure de partir en week-end ou en vacances. Les sacs de voyage sont à la mode. Quelle est ta conception du sac de voyage ?

C’est un objet qui allie trois qualités fondamentales : l’esthétique, la fonctionnalité et la durabilité… comme toute pièce que je crée d’ailleurs.
Je m’inspire aussi de mes propres expériences qui sont souvent les meilleures des inspirations : Par exemple, lorsque je partais en week-end, je me retrouvais avec un sac de voyage 48h et une housse pour mettre ma veste ou mon costume. Je trouvais ça frustrant de ne pas pouvoir tout mettre ensemble, d’autant plus que c’est encombrant.
Ce problème m’a inspiré pour la création d’un sac de voyage, que j’ai voulu vraiment pratique pour un week-end.

La Maison Guillaume Lancelot - Montage de sac de voyage

La Maison Guillaume Lancelot - Porte costume

Peux-tu nous dire quelques mots sur ta clientèle ?

J’avais initialement défini une cible plutôt masculine, entre quarante et cinquante ans et ayant déjà une sensibilité pour le sur-mesure. Je ciblais principalement le marché européen. Le résultat est finalement plus varié. J’ai une clientèle féminine qui vient pour elle ou pour leurs conjoints.
J’ai aussi découvert que mes clients sont plus jeunes que celle que j’attendais, et la bonne surprise c’est que des commandes viennent aussi de l’étranger.

Aujourd’hui as-tu des demandes pour des cuirs exotiques ?

Au début l’activité de la maison, les demandes se sont articulées autour du taurillon, du veau et de l’agneau.
Au fur et à mesure la demande en cuir exotique s’est accrue. J’ai aussi des demandes pour un mix de cuirs que je trouve fort sympathique. Techniquement c’est un peu plus de travail mais esthétiquement le rendu est vraiment magnifique.

Comment choisis-tu tes cuirs ?

Mon choix est avant tout celui du client. J’ai toujours en tête la demande du client lorsque je me rends chez un fournisseur.
Ensuite je ne cherche pas forcément une peau sans défauts, cela n’existe pas. Mais je cherche la peau sur laquelle les défauts sont bien placés. Je pense déjà à la découpe et à la conception. Mais bien sûr, certains défauts restent rédhibitoires comme des griffures par exemple. Les peaux qui en présentent ne sont pas retenues.

As tu des demandes phares ?

Oui en effet j’ai de nombreuses demandes de produits de l’univers de l’écriture. Des étuis de stylos sur-mesure, ou encore des conférenciers.
Les conférenciers sont d’ailleurs déclinés en petite mesure, pour répondre aux demandes de certains clients.

La Maison Guillaume Lancelot - Porte Stylos

Parlons un peu de mode : Quel est le look idéal avec un sac de voyage Guillaume Lancelot ?

(Rire) c’est une bonne question ! Pour commencer, j’imagine une destination italienne car on y retrouve une certaine nonchalance – la sprezzatura – que j’aime beaucoup.
Une veste avec des rayures bleu et blanche type seersucker, un chino écru et des espadrilles sont un bon début.
Le tout surmonté d’un panama et pourquoi pas avec une belle paire de lunettes de soleil sur-mesure.
Et d’ailleurs, j’aimerais bien faire une déclinaison de toute la famille des sacs de voyages : 72h, 48h et 24h. Ca ferait une très belle image de les voir tous ensemble.

A quoi ressemble les projet sur lesquels tu travailles actuellement ?

La petite famille des sacs de voyages n’est pas encore d’actualité, mais nous avons des projets à venir magnifiques. Ils tournent autour de pièces d’exception, de pièces incrustées de pierres précieuses et de broderies.
Par ailleurs nous travaillons aussi à la mise en place d’un salon dans lequel je puisse recevoir notre clientèle.

La Maison Guillaume Lancelot - Dustbag

Comment vois tu l’avenir de Guillaume Lancelot ?

A court terme, j’aimerais pousser encore plus loin ce que l’on peut faire, en travaillant plus de techniques comme la dorure et la couture au fil d’or sur des pièces d’exception comme des sacs à main ou des porte-documents.
A moyen et long terme, l’ouverture du salon, avec un espace atelier où le client peut voir l’artisan travailler.
C’est toujours fascinant de les voir travailler et j’aimerais offrir cette expérience à mes clients. Ce n’est pas une question d’image mais un gage de qualité, cela vaut mille discours.
Le développement à l’international fait aussi fait partie de notre priorité, comme le Japon pour la fin d’année.
Le Japon a une vraie culture du luxe discret, de luxe élitiste. C’est un pays qui me fascine également pour leur savoir-faire, par exemple dans la coutellerie, la botterie ou encore dans les spiritueux.
La cérémonie du thé est une vraie philosophie, alors que cela peut paraître déroutant ou anodin dans les pays occidentaux. Sans parler des savoir-faire en maroquinerie et des tailleurs.
Je ne veux pas que les choses aillent trop vite non plus, je n’ai pas la folie des grandeurs. Aujourd’hui je communique beaucoup par le bouche à oreille. Le meilleur ambassadeur reste toujours un client satisfait.

La Maison Guillaume Lancelot - Serviette

Merci Guillaume de nous accorder ton temps, nous souhaitons à la maison G.Lancelot une belle réussite.

Nos recommandations