/ / Rencontre avec le créateur de Divine : le poète des sens
Partager

Rencontre avec le créateur de Divine : le poète des sens

Divine c’est avant tout l’histoire d’Yvon Mouchel et de sa passion pour le parfum. Depuis 1986, entouré d’une équipe créative et enthousiaste, il crée des parfums rares, délicats et précieux. Divine c’est aussi une histoire d’intimité qui prend corps avec celle ou celui qui porte ses créations.
Nous sommes allés à la rencontre de cet homme qui donne du sens au parfum. Dans sa boutique parisienne rue scribe, Yvon Mouchel et Nathalie Croizard Leclercq nous ont accordé un moment divinement enchanteur.

« La puissance du parfum est dans l’expression de l’intime » Y. Mouchel

Bonjour Yvon Mouchel, pour commencer, pouvez-vous nous dire quelques mots sur la naissance de Divine ?

J’ai toujours eu envie de créer ma propre marque de parfums. J’ai longtemps travaillé au sein d’un groupe cosmétique comme chef de produit. A partir de là, j’ai voulu rentrer dans le monde de la parfumerie, à un autre niveau, avec d’autres matières premières et une vision du parfum.
Je suis historien de formation et non nez, mais cette rencontre avec le parfum m’a laissé supposer que je pourrais en faire mon métier. C’est une histoire toute simple.

Parlez nous de votre parfum phare, Divine…

Divine est le symbole de notre marque. Et 30 ans après son lancement, c’est toujours notre best-seller. Il y a une réalité olfactive très forte derrière ce premier parfum.
Divine est ce que l’on appelle un chypré : un fil de parfum fruit, fleur, épices autour de notes de mousse de chêne et de patchouli. Au XXeme siècle tous les grands parfums, peu ou prou, sont construits sur cette base. Ce fil permet de relier des notes souvent très contradictoires et ainsi couvrir la palette du parfumeur.
Lorsque je me suis lancé en 1986 avec Divine, les chyprés n’étaient pas du tout à la mode.
Ils l’étaient dans les années 1930. Ils nécessitent de très belles matières, et de vrais créateurs capables de trouver l’harmonie qui relie ces notes très différentes.
Au lancement de ce premier parfum nous étions hors mode. Une chance, finalement. Divine a tout de suite été perçu comme un parfum intemporel et donc indémodable. Dans l’histoire du parfum, les senteurs marines furent très à la mode dans les années 80. Ensuite des notes très fruitées, chocolatées ont pris la relève. Aujourd’hui, les senteurs plus légères sont très appréciées.
Avec Divine j’ai lancé un parfum hors du temps d’entrée de jeu. La greffe a pris de manière très simple, j’ai racheté une première parfumerie à Dinard, puis le bouche-à-oreille a fonctionné. 10 ans avant internet je commençais à envoyer les colis par correspondance et aujourd’hui, nous avons un fichier de 50 000 clients dans le monde. La pelote a pris et tout cela, sans publicité.

DIVINE Eau de parfum

C’est un choix de travailler sans publicité ?

C’est totalement un choix.
Selon moi le parfum est quelque chose d’extrêmement intime.
Si l’on revient à l’ADN du parfum, ça ne peut pas être quelque chose qui se diffuse à des millions d’exemplaires. Pour être beau et exprimer vraiment son potentiel, le parfum doit relayer votre intimité auprès de vos proches et de votre premier cercle d’intime.
Depuis le début des années 1950 jusqu’à aujourd’hui, même si les choses sont en train d’évoluer, le parfum s’est inscrit dans une « vision sociale », il est devenu un marqueur social. Ces 50 dernières années, le moteur de la société c’est l’image extérieure que l’on donne de soi. Or, c’est pour moi une infime partie du potentiel du parfum. La puissance du parfum n’est pas de marquer socialement, mais bien de révéler une personnalité individuelle.
Il y a 35 ans déjà, lorsque j’ai commencé, des études montraient que les gens cherchaient à se différencier et à ne plus porter un parfum porté par tout le monde.
J’ai voulu sortir des sentiers battus, convaincu que la puissance du parfum demeurait dans son côté intimiste. Les 10 premières années ont été dures à affronter, le temps de se façonner un cercle de fidèles, et aujourd’hui, nous travaillons avec les plus belles matières au monde.
Nous sommes paradoxalement très connus par les aficionados du parfum du monde entier mais moins par le grand public. Nos acheteurs donnent du sens à nos créations et à leurs achats. Ils s’investissent personnellement dans quelque chose qu’ils ont découvert et que les autres n’ont pas.
Acheter un parfum Divine c’est faire ressortir sa personnalité.
La puissance du parfum est dans l’expression de l’intime. Le parfum est puissant quand il exprime cette part qui est en nous profondément. Le nez est le premier sens d’un enfant qui sort du ventre de sa maman. C’est par l’odeur que l’on vit le monde les premiers jours de notre vie. Le parfum c’est l’art du nez.

DIVINE - montage inspiratrice

Pourquoi l’appellation « DIVINE » ?

C’est l’expression de ce qu’il y a de plus intime en nous. L’unique, l’exception. Le nom est musical de surcroît avec les deux « i » qui résonnent comme une petite musique, aussi, ce nom est compréhensible par le monde entier.
Le nom de la marque doit implicitement comprendre la promesse que vous offrez.
Et si votre promesse est vraie vous n’avez plus besoin de publicité, votre nom va exprimer cette promesse. Divine exprime ce que ceux qui viennent à nous trouveront dans leur parfum.

Il faut ensuite être à la hauteur de la promesse faite !

Ou trouvez-vous l’inspiration pour créer vos parfums ?

Je pars simplement des matières premières, de la capacité à créer une harmonie entre elles.
Chacun de mes parfums est dédié à une note clé autour de laquelle tourne l’ensemble. Le premier est un chypré qui exprime l’ensemble de la palette du parfumeur.
Mon deuxième parfum « l’infante » tourne autour de l’Ylang Ylang. Le troisième est une note que j’aime beaucoup, extrêmement florale et poudrée. L’inspiration de mon quatrième vient d’une vision orientale du patchouli….
« L’être aimé » est une ode à l’immortelle, une fleur gorgée d’épice et de soleil. L’immortelle donne une puissance et une richesse inédite au parfum, avec des accents de curry et de café. Pour cette création le nom était une évidence, l’être aimé.

DIVINE  : parfum spirituelle
 « Spirituelle » c’est un poème autour de la rose. Je suis ravi, c’est un grand succès auprès des jeunes femmes. La rose est plutôt stéréotypée en termes d’âge, même si ce panel s’élargit progressivement. Nous avons musqué cette rose pour lui donner un petit côté fruité et sucré apportant ainsi une touche de jeunesse.
Chaque parfum s’inscrit dans un univers différent, avec la même patte Divine c’est à dire avec les plus belles matières premières.

Pourquoi un tel décalage chronologiqueDivine, la chronologie dans la commercialisation de vos parfums ?

L’univers du parfum est extrêmement concurrentiel et il a fallu ce temps pour être sûr que nous pouvions nous lancer complètement, le temps aussi d’assurer nos arrières financièrement.
Pendant ce temps, j’ai travaillé sur de nombreuses fragrances, ce qui m’a permis d’en lancer assez régulièrement par la suite. L’objectif était également de vendre nos propres parfums dans nos propres boutiques, ce qui a nécessité une période de transition assez longue.

Comptez-vous sortir d’autres fragrances ?

Bien sûr ! Le monde est à conquérir ! Mais il ne faut pas écrire l’histoire à l’avance. J’essaye de préparer le prochain parfum pour Noel, mais s’il n’est pas prêt à temps, cela ne pose aucun problème, car je n’ai jamais lancé de parfum sans les aimer totalement. Je n’ai aucun impératif de temps, ni financier.

DIVINE : Yvon Mouchel le penseur

Comment voyez-vous l’avenir ?

Nous avons 30 ans d’existence et une bonne assise, nous sommes dans le bon sens de l’histoire, je pense. Continuer dans cette voie sera très positif. Nous étions en avance sur notre temps et je pense qu’aujourd’hui nous sommes totalement en phase avec le monde dans lequel nous vivons avec cette démarche d’authenticité et de recherche de sens.

Merci de nous avoir reçu, Yvon Mouchel et Nathalie Croizard Leclercq, et rendez vous pour la sortie de la prochaine fragrance.

Nos recommandations